Le secteur automobile a connu au cours de ces dernières années un fort développement au Maroc. Au fil du temps, la voiture est devenue incontournable pour les marocains. Depuis les années 2000, la tendance des ventes est à la hausse et le marché suit une croissance très soutenue. Les ventes sont ainsi passées de 42 200 en 2000, à 103 500 en 2010. En 2016 ce chiffre avoisine les 163 100 ventes, 169 000 en 2017 et 176 500 en 2018, malgré quelques mois de doutes où les immatriculations étaient plutôt orientées à la baisse.

Cependant, le marché national demeure caractérisé par un faible taux de motorisation qui est défini par le rapport entre nombre de véhicules circulant pour 1000 habitants. Au Maroc, le parc automobile circulant en 2017 est de 2 800 000 véhicules particuliers et 1 100 000 véhicules utilitaires, ce qui aboutit à un taux de motorisation de 80 véhicules pour 1000 habitants. A titre de comparaison, en Europe, ce taux est de 600 véhicules environ pour 1000 habitants. Il est de 133 en Chine et 148 en Turquie.

A travers notre enquête, nous avons voulu en savoir un peu plus sur ce marché de l’automobile et, en particulier, sur les intentions futures d’achat des marocains. Combien sont-ils à vouloir acheter une voiture ? Quel est leur profil ? Y a t-il des disparités entre hommes et femmes, par âge, par CSP ou par région ?

“Avez-vous l’intention d’acheter une voiture lors des 12 prochains mois ?”

%

Oui

D’après notre sondage, 23% des personnes interrogées déclarent avoir l’intention d’acheter une voiture dans les 12 prochains mois. Rappelons que nous parlons ici d’intentions d’achat, et que par définition, cela ne se concrétise pas nécessairement par une acquisition. Cet indicateur est donc à prendre avec un certain recul.

Selon une étude dévoilée en avril 2018 par l’Observatoire Wafasalaf sur les intentions d’achat des ménages marocains, tous produits confondus, l’acquisition d’une voiture apparaît également forte. Bien que la formulation de la question et le périmêtre du sondage soient différents des nôtres, les résultats du sondage Wafassaf montrent que l’achat d’une voiture arrive en 3ème position, avec 10% des intentions. Les deux premières concernent les téléviseurs (14%) et les meubles de salon (11%) – (Source Observatoire Wafasalaf). Cette étude a été menée auprès d’un échantillon de 1215 chefs de ménages, âgés de 25 à 67 ans résidant en milieu urbain ou périurbain.

 

Même en 2018, la voiture reste une histoire d’hommes

On s’en doutait un peu, et nos résultats le confirment, l’automobile continue d’être une affaire masculine, même à notre époque. En effet, les hommes sont deux fois plus nombreux à vouloir acheter une voiture que les femmes (30% contre 17% de marocaines).

L’âge joue également un rôle. L’intention d’achat est plus forte chez les 25-44 ans. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce décalage générationnel : activité professionnelle plus importante, besoin d’être motorisé pour accompagner les enfants, besoin de se démarquer socialement, accès plus facile au crédit auto…

  • 15-24 ans 14% 14%
  • 25- 34 ans 30% 30%
  • 35- 44 ans 29% 29%
  • 45- 54 ans 23% 23%
  • Plus de 55 ans 22% 22%
Quelques disparités entre catégories socioprofessionnelles
Par catégories socioprofessionnelles, les écarts ne sont pas énormes. En effet, un peu plus du quart des CSP les plus favorisées prévoient d’acheter une voiture en 2019, contre 19% des catégories socioprofessionnelles les moins aisées. Ces catégories de personnes trouvent aujourd’hui des offres de plus en plus adaptées à leur porte monnaie, avec des voitures à moins de 100 000 Dh et des offres de crédit intéressantes. Pour rappel, en 2017, le segment Small Low, qui propose les véhicules d’entrée de gamme avec un prix moyen d’achat de 115 000 Dh, constituait 36%  des ventes.
  • CSP A,B 27% 27%
  • CSP C 25% 25%
  • CSP D,E 19% 19%
En parfaite ligne avec l’analyse par CSP, celle par milieu montre que les urbains sont plus nombreux à vouloir acheter une voiture. Mais ce qu’indique notre sondage, c’est que cette intention est également importante auprès des populations du rural, avec un taux qui atteint 21%.
  • Urbain 25% 25%
  • Rural 21% 21%
L’intention d’achat semble légèrement plus élevée dans les régions Sud, avec 28% contre 21 à 22% dans les régions Nord-Est et Centre.
Autre enseignement intéressant de l’étude : les personnes qui possèdent déjà une voiture sont plus nombreuses à vouloir en acheter une autre. En effet, 28% d’entre eux ont déclaré souhaiter en acquérir une contre 22% de ceux qui n’en ont pas actuellement. Renouvellement de leur voiture actuelle ou acquisition d’un second véhicule ? Cette analyse pourra être abordée lors d’une prochaine édition de Market Insights.
Dacia, choix numéro 1 des marocains
Dacia, Renault et Volkswagen sont sur le podium des marques préférées des marocains. Dacia est la plus plébiscitée et se place en Top 1 dans le choix des marocains qui souhaitent acheter une voiture (23%), suivie de Renault (15%). La marque allemande Volkswagen arrive en troisième position avec un taux de 12%. Ce classement correspond au Top 10 des parts de marché des ventes de voitures au Maroc en 2018, plaçant en Top Team les marques Dacia/Renault qui s’octroient 42.7% du marché. Plus précisément, Dacia est en tête, avec une part de marché de 28.1%, suivie de Renault (14.6%), Volkswagen (8.4%) et Peugeot (8.1%). (Source Africargus)
Au vu de ces résultats et du taux d’équipement automobile des ménages marocains qui avoisine les 45%  (Source Market Insights – Janv 2018), on mesure l’ampleur du potentiel de ce marché. Si l’offre, en véhicules neufs/occasion et en crédit, s’adapte mieux aux besoins des marocains, nul doute que ce secteur a encore des très beaux jours devant lui.

Sinon, vous pouvez revenir sur cette page avec un ordinateur et rechercher vous même vos insights dans nos donnée à travers notre DataViz !

Sinon, vous pouvez aussi rechercher vous même vos insights dans nos données à travers notre DataViz ci-dessous !

DataViz, qu'est ce que c'est ?

DataViz est la contraction de deux mots : Data et Vizualization.

C’est un ensemble d’outils et de techniques de communication visuelle qui permettent de présenter clairement et efficacement de l’information. En français, on traduirait ce terme par visualisation de données et on pourrait réduire son sens aux graphiques qui les représentent.

Toutefois, à l’ère de l’information et du Big Data, ces techniques servent avant tout une philosophie : donner du sens à l’immense quantité et à l’effrayante complexité des données disponibles à travers une apparente simplicité.

Ce contenu a été restreint aux utilisateurs connectés uniquement. Veuillez vous identifier pour voir ce contenu.
Méthodologie d'enquête
Mode de recueil : Enquête téléphonique sur système CATI
Période de réalisation des appels : du 10 au 15 Octobre 2018
Lieu de réalisation de l’enquête : Marketphone, filiale du groupe Sunergia à Casablanca
Échantillon : 1000 personnes interrogées de façon aléatoire soit une marge d’erreur de +/- 3.1%.

La structure de l’échantillon a été redressée de façon à coincider avec la structure de la population marocaine issue du recensement du HCP (RGPH 2014).

Détail des quotas
1-Sexe :

Sexe % Échantillon
Homme 49% 490
Femme 51% 510
Total 100% 1000

2- Tranche d’âge :

Tranche d’âge % Échantillon
15-24 ans 25% 250
25-34 ans 22% 220
35-44 ans 19% 190
45-54 ans 15% 150
55-64 ans 10% 100
65 ans et plus 9% 90
Total 100% 1000

3- Milieu d’habitation:

Milieu % Échantillon
Urbain 62% 604
Rural 38% 396
Total 100% 1000

4- Catégorie socio-professionnelle:

CSP* % Échantillon
A/B 13% 130
C 56% 560
D/E 31% 310
Total 100% 1000

5- Région:

Régions % Échantillon
Casa-Settat-El Jadida 20% 203
Rabat-Salé-Kénitra 14% 134
Tanger-Tetouan-Alhoceima 11% 105
Oriental 7% 68
Béni Mellal-Khenifra 7% 75
Fes-Meknes 13% 124
Draa-Tafilalet 5% 48
Marrakech-Safi 12% 133
Souss-Massa 8% 80
Région du sud 3% 30
Total 100% 1000