Dossier sur les commerces traditionnels au Maroc

Cet article est le premier d’un dossier structuré en 7 parties :

  • Premier article: qui sont ces épiciers? Comment sont-ils organisés? Quels sont leurs besoins?
  • Deuxième article: quelles sont leurs méthodes d’encaissement? Accordent-ils des crédits à leurs clients  Sont-ils intéressés par un TPE?
  • Les 4 parties suivantes traitent spécifiquement de 4 catégories de produits
    • Toisième article: stocks, commerciaux et communication dans la catégorie des sodas 
    • Quatrième article: stocks, commerciaux et communication dans la catégorie des huiles de table
    • Cinquième article: stocks, commerciaux et communication dans la catégorie biscuiterie
    • Sixième article: stocks, commerciaux et communication dans la catégorie des eaux en bouteille
  • Septième article: Principales attentes vis-à-vis des fournisseurs

Après 3 décennies de concurrence face aux GMS, les commerces traditionnels détiennent encore 80% du marché de la distribution, estimé à 200 milliards de DH.

Proximité, facilités de paiement, horaires d’ouverture et livraison à domicile sont les principaux atouts de ces commerces traditionnels.  Les marques l’ont bien compris et leur donnent de plus en plus d’importance à travers des promotions, des gratuités, des présentoirs…

Performance des marques dans les commerces traditionnels

Dans cette vague de Market Insights, nous avons interrogé plus de 400 commerçants implantés dans 16 quartiers de Casablanca -cf. méthodologie, afin de mieux les comprendre. Nous nous intéresserons ensuite pour 4 catégories de produits dont la structure du marché est oligopolistique. Pour chacune, nous verrons la régularité de l’approvisionnement, la réactivité en cas de rupture de stocks, les fréquences de visite et le niveau de compétences des commerciaux puis enfin la qualité de la communication de ces sociétés vis à vis de ces commerces.

Ce premier article porte sur le profil des ces commerces traditionels, la surface des points de vente et leurs besoins en équipements.

4 épiciers de Casablanca sur 10 ont moins de 35 ans

Business transmis de père en fils ou nouveau challenge, le commerce de proximité semble attirer les jeunes.

D’après les résultats de notre étude, 4 épiciers sur 10 ont moins de 35 ans et seuls 13% ont plus de 55 ans.

Les commerces traditionnels des quartiers huppés sont généralement plus jeunes que leurs homologues des quartiers intermédiaires et populaires.

 

  • 20 – 24 ans 8% 8%
  • 25 – 34 ans 31% 31%
  • 35 – 44 ans 27% 27%
  • 45 -54 ans 21% 21%
  • Plus 55 ans 13% 13%

Majoritairement de très petites surfaces…

Avec une surface moyenne de 37 m², la taille nécessaire à l’implantation d’un commerce traditionnel est loin d’être une barrière à l’entrée, contrairement aux GMS qui nécessitent au minimum 1000 m².

Sur l’ensemble des commerces tradtionnels intérrogés, 69% disposent d’une surface inférieure à 40 m². Cette tendance est encore plus accentuée dans les quartiers populaires où ces commerces représentent 80%. A l’inverse, un quart des surfaces dans les quartiers intermédiaires et huppés font plus de 60m² contre seulement 5% des surfaces dans les quartiers populaires.

… avec des aménagements adaptés

8 commerces sur 10 ne disposent que d’un petit espace ou d’un comptoir

  • Grand espace ouvert 18% 18%
  • Petit espace ouvert 63% 63%
  • Comptoir uniquement 20% 20%

19% sont quand même équipés d’un dépôt

Cette proportion passe à 32% dans les quartiers huppés et à 36% dans les commerces de plus de à 40m².

%

Disposent d'un dépôt

Principal besoin exprimé : une bâche !!

Les besoins exprimés par les épiciers diffèrent selon la taille du commerce et le type de quartier.

Au global, 16% disent avoir besoin d’une bâche et 12% d’une caméra de surveillance.

Toutefois, dans les quartiers huppés  les caméras sont mentionnées par près d’un quart de nos sondés, c’est sans surprise leur principal besoin avec les rideaux éléctriques (15%).

  • Bâche 16% 16%
  • Caméra de surveillance 12% 12%
  • Réfrigérateur 9% 9%
  • Caisse 9% 9%
  • Rideau électrique 8% 8%
  • Comptoir 8% 8%
  • Autres 9% 9%
  • Aucun 28% 28%

L’avènement de nouveaux arrivants à la fois plus modernes et mieux organisés dans le centre de Casablanca, tels que BIM, SUPECO, Carrefour Market et bientôt Marjane Market, va pousser ces petits commerçants à s’adapter. Toutefois, la criticité de leur rôle dans la stratégie des marques n’est pas prête de s’amoindrir.

Avant de s’attaquer à la performance des marques de biscuits, d’eaux en bouteille, d’huiles et de sodas dans les commerces traditionnels, nous traiterons d’abord le sujet du paiement. Pour en savoir plus sur les crédits qu’ils accordent à leur clients ou encore sur leur sentiment par rapport aux TPE, rendez-vous dans l’article suivant de cette série.

Méthodologie d'enquête

Mode de recueil : Face à face

Période de réalisation du terrain : du 4 au 18 Avril 2019.

Lieu de réalisation de l’enquête : 16 quartiers de Casablanca.

Échantillon : 410 commerces.

Détail des quotas

1-Quartier:

Quartier%Echantillon
2 Mars5%20
Ain Sbaa4%17
Beauséjour7%29
Bourgogne6%24
Derb sultan8%34
Gauthier5%19
Hay Hassani6%25
La Gironde8%31
Maarif7%30
Mers sultan7%29
Oulfa7%30
Q des hopitaux7%30
Racine2%10
Sbata7%29
Sidi Maarouf6%26
Total100%410

 

Share This