Journaux papier, radio, télévision, sites Internet, réseaux sociaux… sont autant de sources d’information à la disposition des marocains en quête d’actualité.

Chacune a ses avantages et ses inconvénients. Les marocains ont le choix entre 588 journaux, 656 sites Internet d’informations et 143 stations de radio relayant l’information sur différents sujets et à différentes fréquences.

Face à tant de choix, nous avons mené une étude pour comprendre comment les marocains s’informent et quelles sont les cibles des principales sources d’information ?

Quelques chiffres

heures

minutes

ème

%

%

C’est le temps que passe le marocain en moyenne par jour devant la télévision.
C’est le temps que consacre le marocain à la lecture par jour.
Le journal télévisé est la 2e émission la plus regardée à la télévision en 2016, après les films et feuilletons.
76% des marocains écoutent la radio dont 15% qui écoutent le journal.
des ménages sont équipés d’Internet.

La télévision, principale source d’information de 48% des Marocains.

Malgré l’avènement des NTIC, les marocains préfèrent toujours la télévision. D’après notre étude, 1 marocain sur 2 affirme que la télévision est sa principale source d’information.
En deuxième position, on trouve les réseaux sociaux (28%) loin devant les autres sources.
Radio, presse en ligne et l’entourage 2 à 3,5 fois plus que la presse écrite !
Les résultats de l’étude le démontrent ; parmi les sources d’information traditionnelles, la radio (7%) semble encore résister face à la montée de la presse en ligne (6%) alors que la presse écrite est sollicitée par seulement 2% des marocains.
A noter que ceux-ci semblent deux fois nombreux à s’informer via leur entourage (4%) qu’à travers la presse écrite.
  • Télévision 48% 48%
  • Réseaux sociaux 28% 28%
  • Radio 7% 7%
  • Presse en ligne 6% 6%
  • Entourage 4% 4%
  • Non Connu 3% 3%
  • Presse écrite 2% 2%
  • Autre 1% 1%

La télévision davantage pour les plus âgés, les ruraux et 3 régions.

Une situation qui peut être liée à une moins bonne maitrise des nouvelles technologies, une connexion Internet moins efficiente ou à l’analphabétisation.
Les personnes de CSP D/E (52%), les ruraux (60%) et les plus de 45 ans (56% des 45-54 ans, 63% des 55-64 ans et 80% des 65 ans et plus) sont principalement informées via la télévision.
Par région, 3 régions se distinguent avec des taux plus élevés que la moyenne : Marrakech-Safi (53%), Oriental (58%), Béni-Mellal-Khénifra (60%).

…et les réseaux sociaux pour les CSP A/B, les jeunes et les plus instruits.

La situation est toute différente pour les personnes de CSP A/B, les moins de 34 ans et les universitaires qui préfèrent passer par les réseaux sociaux pour s’informer.
En effet, 42% des CSP A/B et des moins de 34 ans s’informent principalement sur les réseaux sociaux tout comme 49% des universitaires.
La télévision vient en deuxième position.
Si aujourd’hui la télévision reste la principale source d’information des marocains, la pénetration des réseaux sociaux auprès des classes les plus aisées, les plus instruites et des plus jeunes semble augurer de changements encore plus profonds pour les années à venir.

Les journaux télévisés arriveront-ils à maintenir leur leadership ? Que deviendont-ils dans les prochaines années ? Des questions auxquelles leurs dirigeants ont déjà pensé. Le développement des applications et les sites Internet des chaines télévisées en attestent.